Une activité sportive adaptée pour les patients présentant un handicap neurologique

De nombreuses études mettent en avant les effets positifs de l’activité physique chez les personnes porteuses d’un handicap, sur la guérison et le gain d’autonomie, mais aussi en termes d’insertion sociale et communautaire. L’objectif de ce projet de recherche est double : analyser la disponibilité et les besoins actuels en matière de programmes d’activité physique et sportive adaptée en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), et évaluer l’efficacité de ce type d’activité pour les personnes porteuses d’un handicap neurologique.

Je soutiens ce projet
  • 517,50€ /100.000€ Collectés
  • 139 Jours restants

Les bienfaits d’une activité physique adaptée

L’activité sportive est une forme structurée d’activité physique, axée sur la performance, présentant une composante sociale et ludique.  Elle atténue le risque de mortalité et de morbidité chez les personnes présentant une maladie neurologique centrale chronique (AVC, paraplégie, etc.). Elle permet aussi de développer ou d’améliorer la rapidité, la dextérité et la coordination, bien souvent déficitaires chez les patients porteurs d’un handicap neurologique. Or, ces patients sont souvent sédentaires, en raison de leur handicap moteur. Cette sédentarité entraine de nombreux effets secondaires, ainsi qu’une diminution de leur qualité de vie.

Les étapes de la recherche

Une enquête dressera un état des lieux et des besoins actuels en matière d’activité physique adaptée en Fédération Wallonie-Bruxelles. Des questionnaires seront créés et adressés aux services de médecine physique et réadaptation des hôpitaux, aux centres de rééducation, ainsi qu’aux centres sportifs, aux clubs sportifs et aux salles de fitness. Ceux-ci rapporteront la disponibilité de programmes d’activité physique et sportive thérapeutique dans leur structure. D’autres questionnaires seront dirigés vers les patients eux-mêmes.

Parallèlement, une étude évaluera l’efficacité d’un programme d’activité sportive structurée. Les patients s’exerceront dans 3 centres en FWB, grâce à une collaboration interuniversitaire mise en place entre les Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL), le Centre de Traumatologie et Réadaptation (ULB), et le Centre Hospitalier Universitaire de Liège (ULG). 40 patients seront inclus dans cette étude. Les participants seront randomisés en 2 groupes. Le groupe interventionnel bénéficiera d’un programme d’activités sportives adaptées. Le groupe contrôle bénéficiera d’une prise en charge conventionnelle, qui n’inclura pas de sport adapté.

Avec votre consentement, nous aimerions utiliser des « cookies » afin de comprendre comment les utilisateurs interagissent avec notre site web pour l’améliorer. En savoir plus ici

et, venenatis, vulputate, porta. eleifend diam